Ford Mustang

Toute l’histoire de la Ford Mustang, ses modèles et évolutions

La Ford Mustang est construite par la Ford Motor Company depuis le 17 avril 1964. C’est ce jour là que Ford présente son nouveau bijoux à l’exposition universelle de New York. Sa construction est initialement basée sur la plateforme de la Ford Falcon. Elle est surnommée le « modèle 1964,5″ (1964 et demi) par ses fans.
 
Depuis le Modèle A, c’est le lancement le plus réussi de l’histoire de l’automobile. Aussi, la Ford Mustang a subi de nombreuses transformations jusqu’à son modèle actuel, le cinquième de sa génération.

Une Ford Mustang sur les hauteurs de Los Angeles

Une Ford Mustang sur les hauteurs de Los Angeles

La Mustang a créé la classe « Pony car » (d’ailleurs le signe sur la voiture n’est pas celui de « Ford » mais celui d’un cheval, un Mustang au galop) des voitures américaines, voitures de sport comme les coupés avec capots longs et courts ponts arrière et a donné lieu à des modèles concurrents tels que la Chevrolet Camaro de GM, la Javelin (javelot) d’AMC, ainsi que la remaniée Plymouth Barracuda de Chrysler et enfin la première génération de la Dodge Challenger. La Mustang est également créditée d’avoir inspiré les designs de coupés tels que la Toyota Celica et la Ford Capri, lesquels ont été importés aux États-Unis par la suite.

Ford Mustang, modèle récent

Ford Mustang, modèle récent

Contexte

Le styliste exécutif John Najjar, qui était un fan de l’avion de chasse P-51 Mustang de la Seconde Guerre mondiale, est officiellement crédité par Ford pour avoir suggéré le nom. John Najjar co-conçoit le premier prototype de la Ford Mustang connu sous le nom de Ford Mustang I en 1961, en collaboration avec son compatriote Philip T. Clark. La Mustang I fait ses débuts officiels au Grand Prix des Etats-Unis à Watkins Glen, dans l’état de New York, le 7 octobre 1962, où le pilote de Formule 1 Dan Gurney s’essaie sur le deuxième prototype « de course ». Ses temps au tour étaient seulement légèrement en dessous du rythme des bolides F1.

Une autre opinion prétend que c’est Robert J. Eggert, alors responsable des études de marché Ford, qui a d’abord suggéré le nom de Mustang. Eggert, un éleveur de « Quarter Horses » (race de chevaux américains), a reçu pour son anniversaire l’ouvrage The Mustangs de J. Frank Dobie en 1960. Plus tard, le titre du livre lui a donné l’idée d’ajouter le nom de « Mustang » au nouveau concept-car. Le designer préférait initialement le nom de « Cougar » ou « Torino » (une campagne de publicité utilisant le nom « Torino » a effectivement été préparée), tandis que Henry Ford II voulait le nom de T-Bird II.
 
Le nom ne peut pas être utilisé en Allemagne, car il est possédé par Krupp, qui avait fabriqué des camions entre 1951 et 1964 avec le nom « Mustang ». Ford a refusé de racheter le nom pour environ 10 000 dollars à l’époque. Ainsi, Mustang a été vendu en Allemagne sous le nom de « T-5″ jusqu’en décembre 1978.

Première génération (1964-1973)

En tant que directeur général adjoint de Lee Iacocca et ingénieur en chef, Donald N. Frey était l’ingénieur en chef pour le projet T-5, supervisant le développement global de la voiture en un temps record de 18 mois, tandis que Iacocca lui-même défendait le projet en tant que manager général de la division Ford . Le T-5 était un prototype deux places, avec un moteur roadster à mi-montée. Ce véhicule utilisait le moteur V4 de la Ford Taunus (modèle allemand) et était très similaire en apparence de la future Pontiac Fiero.
 
La Mustang I devient ensuite un modèle quatre places sous la direction du chef de projet design Joe Oros et son équipe composée de L. David Ash, Gale Halderman, et John Foster.
 
Des articles publicitaires favorables apparurent dans 2 600 journaux le lendemain matin, le jour où la voiture a été « officiellement » révélée. Une Mustang est également apparue dans le James Bond « Goldfinger » en septembre 1964.

Ford Mustang, Fastback apparition début 1965

Ford Mustang, Fastback apparition début 1965

Pour réduire le coût de développement et atteindre un prix de vente au détail de 2 368 $ US, la Mustang a été fortement basée sur des composants familiers et simples, dont beaucoup étaient déjà en production pour d’autres modèles Ford comme la Falcon et la Fairlane. Les prévisions de ventes projetaient moins de 100 000 unités pour la première année, mais cette marque a été dépassée dans les trois mois suivant le déploiement.  318 000 autres modèles auraient été vendus au cours de l’année de lancement (un record), et dans les premiers dix-huit mois, plus d’un million de Mustangs ont été construites.
 
La longueur totale de la Mustang et de la Falcon était égale, mais l’empattement était légèrement inférieur sur la Mustang. Avec une largeur totale de 68,2 pouces (1 732 mm), elle était 2,4 pouces (61 mm) plus étroite. Le poids approximatif de 2 570 livres (1 170 kg) avec le moteur V6 était aussi le même que la Falcon. Le modèle V8 tout équipé pesait  environ 3 000 livres (1 400 kg). Bien que les pièces mécaniques provenaient de la Falcon, le carrosserie de la Mustang était donc complètement différente avec une position assise plus basse et une hauteur totale moins élevée.
 
En 1966, les designers Ford ont commencés à élaborer des versions plus grandes que l’original alors que ce dernier achevait de bonnes ventes. Un peu plus tard, Iacocca se plaint de la croissance de la Mustang, et fait superviser la refonte en 1967. De 1967 à 1973, la Mustang devient plus longue, mais pas nécessairement plus puissante. La nouvelle Mustang  retient la structure d’origine, mais le style est rafraîchi, donnant à la Mustang un look plus massif. L’avant et l’arrière sont plus prononcés, et l’intérieur « twin cove » offre un tableau de bord plus épais, et des jauges de vitesses plus grandes. Les finitions sont plus épurées pour un style mieux affirmé. Pour les modèles de 1968, le style de carrosserie de 1967 se poursuit, mais des détails sont retouchés comme de les écopes latérales, le volant et le bouchon d’essence. Les feux de position latéraux ont également été ajoutées cette année, et les voitures construites après le 1er janvier 1968 incluent des bandoulières pour les deux sièges avant. Les modèles de 1968 ont également introduits un nouveau moteur V8, le 302.
 
L’année 1969 est aussi celle d’un nouveau style, mais peut être plus affirmé que les précédents. Tout cela dans le but de plaire à un plus grand public. Ce modèle a un style plus agressif et plus sport. Jusqu’en 1973, de nombreuses versions feront leur apparitions toujours dans le but de répondre aux attentes du large public fan de cette automobile de légende. Son style étant indémodable, seules des retouches minimes dans l’habitacle et sur quelques détails de la carrosserie seront effectuées. Aussi, le moteur sera de plus en plus puissant. Pour l’anecdote, dans le film La Grande Casse de 1974, (en anglais Gone in 60 Seconds), le film qui a inspiré le remake « 60 Secondes Chrono« , le personnage star « Eleanor » (modèle de 1973 de la Mustang Fastback jaune) est la seule Ford Mustang de l’histoire à recevoir un crédit de vedette dans un film, avec l’autre personnage principal Maindrian Pace, joué par l’acteur, metteur en scène et producteur Henry Blight Halicki.

Mustang Fastback de 1973 dans le film "Gone in 60 seconds"

Mustang Fastback de 1973 dans le film « Gone in 60 seconds »

Seconde génération (1974-1978)

Lee Iacocca, qui avait été l’une des pièces clé de la Mustang originale, est devenu président de la Ford Motor Company en 1970, et a ordonné une Mustang plus petite et plus économique en carburant pour 1974. Le modèle devait être basé sur celui de la Ford Maverick, mais a finalement été basé sur celui de la Ford Pinto.
 
Le nouveau modèle, appelé « Mustang II », a été lancé deux mois avant la première crise pétrolière de 1973, et sa taille réduite lui permet de rivaliser avec les coupés sportifs importés tels que la Toyota Celica japonaise ou la Ford Capri, modèle européen. Les ventes pour la première année atteignent alors 385 993 unités (les ventes de la Mustang originale étaient de 418 812 unités sur douze mois).
 
Lee Iacocca voulait un modèle basé sur la « Mustang I » avec une qualité plus élevée. Il voulait en faire un petit bijou. Cependant, pour répondre aux nouvelles règles américaines sur les émissions de CO2 et la sécurité, le nouveau modèle se veut plus petit mais surtout plus lourd que le précédent. Ainsi les performances du véhicule sont affaiblies et « la Mustang semble moins musclée que l’est le cheval au galop sur l’emblème ».

Ford Mustang II Hardtop Ghia de 1978, deuxième génération

Ford Mustang II Hardtop Ghia de 1978, deuxième génération

La voiture était disponible dans les versions coupé et cabriolet, avec en plus un modèle « luxe » Ghia conçu par Ghia Ford récemment acquis de l’Italie. Le coupé a été commercialisé sous le nom « Hardtop« . La « Ghia » présentait un toit de vinyle pourvus de coussinets épais et de petites fenêtres de custode arrière, ce qui donnait un look plus formel. Les modifications apportées en 1975 comprenaient le rétablissement de l’option V8 302 CID (après avoir été sans option V8 pendant l’année 1974) et la disponibilité d’une option économique appelée « MPG Stallion ». D’autres changements dans l’apparence et la performance sont venus avec la version « Cobra II » en 1976 et 1977, et la version « King Cobra » en 1978.

Troisième génération (1979-1993)

La Mustang de 1979 fut basée sur la plus longue plate-forme « Fox » (initialement développée pour la Ford Fairmont de 1978 et la Mercury Zephyr). L’intérieur a été redessiné pour accueillir le confort de quatre personnes. Les finitions disponibles étaient : L, GL, GLX, LX, GT, GT Turbo (1983-84), SVO (1984-86), Cobra (1979-81; 1989-1993), Cobra R (1993), et Ghia.

Publicité pour une Ford Mustang troisième génération

Publicité pour une Ford Mustang troisième génération

La troisième génération de la Mustang avaient deux styles de carrosserie différents. De 1979 à 1986, la voiture avait une forme de triangle à l’avant avec quatre phares, connue des amateurs par « 4 yeux ». Puis, les modèles des années 1987-1993, avec l’avant plus arrondi et connu sous le style « aéro ». Toujours en 1986, les moteurs détenaient l’EFI (injection électronique) au lieu de carburateurs. Les modèles de 1986 comprenaient un arrière amélioré à 8,8 pouces, et quatre amortisseurs.
 
En réponse à la flambée des prix du carburant et la baisse des ventes au cours des années 1980, une nouvelle Mustang était en développement. Ce devait être une variante de la Mazda MX-6 assemblée à l’usine de AutoAlliance International, à Flat Rock, dans le Michigan. Les fans ont écrit à Ford pour s’opposer au projet de la Mustang Japon conçue sans option V8. Le résultat fut une importante cure de rajeunissement de la Mustang de 1987, tandis que la variante MX-6 est devenue en 1989 le modèle Ford Probe.

Quatrième génération (1994-2004)

En automne 1993, la Mustang subi sa première refonte majeure depuis quinze ans. Nommé « SN-95 » par le constructeur automobile, ce modèle est basé sur une version améliorée de la plateforme à propulsion arrière Fox appelé « Fox-4« . Le nouveau style de Patrick Schiavone incorpore plusieurs éléments stylistiques de modèles Mustang précédents. Pour la première fois depuis 1974, un modèle coupé à hayon n’est pas disponible.
 
Le modèle de base arriva avec un moteur 3.8 OHV V6 (232 cid) à 145 ch (108 kW) en 1994 et 1995, ou 150 ch (110 kW) (1996-1998), et fourni avec un levier manuel 5 vitesses ou en option automatique 4 vitesses. Bien qu’initialement utilisés dans la GT 1994 et 1995 Mustang et Cobra, Ford retira le 302 cid V8, après près de 30 ans d’utilisation, et le remplaça par le nouveau Modular 4.6 L (281 cid) SOHC V8 de la Mustang GT de 1996. Le V8 de 4,6 L a été initialement évalué à 215 ch (160 kW), 1996-1997, mais a ensuite été porté à 225 ch (168 kW) en 1998.

Ford Mustang Quatrième génération

Ford Mustang Quatrième génération

Pour 1999, la Mustang reçoit le « New Edge » style de Ford avec des contours plus nets, des jantes plus larges, de nouvelles finitions sur la carrosserie, mais dans ses proportions basiques, un nouveau design d’intérieur, et un châssis restant le même que le modèle précédent. Les motorisations de la Mustang ont été reportés à l’année 1999, mais ont bénéficié de nouvelles améliorations. Le modèle standard V6 3,8L a un nouveau système d’induction et a été établit à 190 ch (140 kW) (1999 et 2004). En 2001, les chevaux ont été porté à 193, pendant que le moteur V8 de la Mustang GT 4.6L affichait 260 ch (190 kW) (1999-2004). Il y avait aussi trois autres modèles proposés pour cette génération : la Bullitt en 2001, le Mach 1 de 2003 et 2004, ainsi que la Cobra 320 ch pour 1999 et 2001, et 390 ch pour 2003 et 2004.

Cinquième génération (2005-)

Pour le modèle 2005, Ford présente une version remaniée de la Mustang à l’International Auto Show North American de 2004, qui a pour nom de code « S-197″, et qui est basé sur la nouvelle plate-forme D2C. Développée sous la direction de l’ingénieur en chef Hau Thai-Tang et du styliste-concepteur extérieur Sid Ramnarace, la Mustang cinquième génération est un écho aux modèles Mustang Fastback de la fin des années 1960. Le vice-président du design, J. Mays, appela ceci le « rétro-futurisme ». La Mustang de cinquième génération est fabriquée à l’usine AutoAlliance International, à Flat Rock, dans le Michigan. 

 
Pour les années de production de 2005 à 2010, le modèle de base était propulsé par un moteur de 210 ch, en fonte, 4,0L, V6, tandis que la GT utilisait un bloc aluminium de 4,6L 3 soupapes V8 modulaire, soit 300 ch.
 
Les Mustang de 2010 ont été produites au printemps 2009 avec un extérieur redessiné et un coefficient de résistance aérodynamique réduit de 4% sur les modèles de base et de 7% sur les modèles GT. Le moteur de base de la Mustang est resté inchangé, tandis que celui des GT V8 4,6 L a été révisé pour obtenir 315 ch à 6000 tpm et 325 ch à 4255 tpm. D’autres caractéristiques mécaniques inclues de nouveaux amortisseurs, un nouveau système de contrôle de stabilité, de nouvelles couleurs, et tailles des roues sur tous les modèles.

Ford Mustang Cinquième Génération, la Giugiaro

Ford Mustang Cinquième Génération, la Giugiaro

Avec une motorisation six cylindres plus puissante, la Mustang 2011 se positionne beaucoup plus comme un véhicule de performance que les Mustangs V6 précédentes. Afin de maximiser ce potentiel, la Mustang 2011 offrira le tout nouveau « Pack Performance V6″, qui sera disponible d’ici la fin de l’été 2010. Celui-ci peut être comparé au « Pack Course » des Mustang GT 2010. Ce pack comportera un essieu arrière standard 3.31:1, une suspension plus rigide, des roues de 19″ avec des pneus « performance », une barre anti-rapprochement et le contrôle électronique de stabilité sera calibré dans l’optique de la performance. Par ailleurs, les modifications apportées (autres que sur la motorisation) à la Mustang 2011 incluent une direction assistée électrique (APES), des améliorations aérodynamiques, mais aussi sur le bruit, les vibrations et l’amortissement, plus importantes que sur la Mustang 2010, un ordinateur de bord digital, un système universel d’ouverture de porte de garage, un compteur de vitesse jusqu’à 260 km/h et la technologie Ford MyKey de programmation de la clé de contact.
 
Pour 2012, une nouvelle version de la Mustang Boss 302 a été lancée. Le moteur a 444 ch. Une édition Laguna Seca est également disponible.
 
Au printemps 2012, Ford a souhaité un rafraîchissement de la ligne Mustang pour le futur modèle début 2013. La Shelby GT500 dispose d’un nouveau moteur V8 suralimenté de 5,8L produisant 662 ch. Les moteurs Shelby et Boss sont fournis avec une boîte manuelle à six vitesses. Les modèles GT et V6 ont un style revisité avec un ajout de prise d’air sur la GT500 2010-2011. La GT de 5,0L V8 a elle gagné 8 chevaux et culmine désormais entre 412 ch et 420 ch, tandis que le V6 est resté à 305 ch.